Coffre à dentelles

Le plaisir de créer…

Archive pour la catégorie 'Culture'

C’est lundi, que crochetez-vous, cousez-vous, tricotez-vous, créez-vous… Bref, que faites-vous ? #11

Posté : 22 juillet, 2013 @ 7:32 dans Crochet, Culture | Pas de commentaires »

Voilà le retour du petit point hebdomadaire sur les ouvrages en cours… Enfin, l’ouvrage pour ma part.

Un vilain kyste synovial au poignet est venu perturber mon quotidien ces dernières semaines.

Je me remets donc tout doucement au crochet…

Après avoir visionné quelques épisodes de la série The Borgias (celle avec Jeremy Irons), j’ai craqué sur une des coiffures arborées par Holliday Grainger (Lucrezia Borgia) et Lotte Verbeek (Guilia Farnese), à savoir, les cheveux ramassés dans un grand filet au crochet.

C’est lundi, que crochetez-vous, cousez-vous, tricotez-vous, créez-vous… Bref, que faites-vous ? #11 dans Crochet blog-4

Je me dis qu’avec le soleil, la chaleur, l’humidité et les plongeons quotidiens, j’ai bien du mal à discipliner mes petites bouclettes et je me rabats donc sur des tresses, pas forcément très élégantes.

Je me suis décidée sur un motif filet assez serré (pour être sûre de contenir toute cette masse folle) et si le résultat est concluant, je tenterai une maille un peu plus large. Pour les perles, on verra bien…

blog-1-300x300 chignon dans Culture

Pour l’instant, je tourne encore ! J’ai même profité d’une sortie dominicale palmes et tuba pour crocheter sur les rochets au pied du Dramont (83).

blog-3-300x300 coiffure

 

Et pour la petite parenthèse culturelle, les tintinophiles reconnaîtront sans doute ceci :

blog-2 crochet

Il s’agit de la tour de l’Île d’Or, à quelques centaines de mètre au large de la plage du Dramont… Ou bien de l’Île Noire !

blog-6-226x300 filet

 (même le sentier sur lequel est Tintin est similaire à celui que l’on emprunte pour avoir cette vue-là !)

Les fêtes de Pâques

Posté : 31 mars, 2013 @ 9:41 dans Culture | 2 commentaires »

Ce petit intermède culturel m’a été inspiré par différents statuts Facebook. En effet, tout au long de la journée, se sont affichés sur mon fil d’actualités, des messages de mes amis souhaitant « une joyeuse Paque » !

Alors, Pâque ou Pâques ? Agneau ou chocolat ? Cloches ou œufs ? Après avoir célébré un de ces temps forts du calendrier chrétien, petit tour d’horizon de l’histoire pascale.

 

Pâque n’est pas Pâques !

Evidemment ces deux mots ont la même étymologie : Pessa’h qui, en hébreu, signifie il passa. La langue française fait la distinction entre ces deux fêtes.

La Pâque, sans s, commémore la fuite du peuple juif hors d’Egypte. Pâques, avec un s, est la fête chrétienne qui commémore la fuite hors d’Egypte, l’eucharistie, mais surtout la fin du Carême, la Passion, le repos de 3 jours et enfin la résurrection du Christ.

Dans ces deux cas, on retrouve la notion de passage : passage de l’asservissement à la liberté d’un côté, passage de la mort à la vie éternelle de l’autre.

 

Tradition populaire

Pâques, c’est l’occasion de fêter le passage de l’hiver au printemps. Et voilà qu’apparaissent… les œufs  et les lapins !!! Alors que les œufs représentent la germination, les lapins, eux, sont symboles de fécondité. Tout ce qui représente le printemps. Et les cloches dans tout ça ? Depuis le Jeudi Saint, elles sont muettes. Mais, le dimanche, elles célèbrent la résurrection du Christ et partent de Rome pour rependre la Bonne Nouvelle en carillonnant de toutes leurs forces et en semant des œufs !

 

Et l’agneau dans tout ça ?

Pâques, c’est aussi l’occasion de déguster un gigot d’agneau.

Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde, prend pitié de nous ! Qu’est-ce donc que l’Agneau de Dieu ? Tout simplement, le Christ dans l’Evangile selon St Jean, symbole du sacrifice ultime et parfait pour le péché.

On commémore la Pâque en sacrifiant un agneau (en référence à l’agneau sacrifié par Moïse). De l’agneau à Jésus, il n’y a qu’un pas.

Les fêtes de Pâques dans Culture capture11-300x200

Ne faîtes pas trop d’excès… Joyeuses Pâques !!!

La prophétie de Saint Malachie

Posté : 1 mars, 2013 @ 11:07 dans Culture | Pas de commentaires »

La fin du monde selon les Mayas, c’est fait… Oubliez Nostradamus et Paco Rabanne ! Passons donc maintenant à l’apocalypse version Saint Malachie. Enfin au Jugement dernier… Soyons précis !

Pourquoi donc un tel article ? Nous, malheureux catholiques, venons de vivre notre première journée sans chef, après la renonciation de l’Élu et nous préparons à la tenue du prochain conclave. Non ! En fait, j’ai toujours entendu parler des contes et légendes, des prophéties et des croyances… Et aussi, parce que tout ça m’a fait repensé à un détail très drôle chez Mamina : la statuette du Bienheureux Jean-Paul II s’est toujours tenue fièrement dressée à côté d’une… carafe de forme phallique exagérant un peu la réalité ! Et elle tenait fermement à ce mélange des genres !

Je pense qu’aujourd’hui, toutes ces réflexions sur la fin du monde la ferait bien rire.

La prophétie de Saint Malachie dans Culture jp-2-300x153

Alors, Saint Malachie, qui est-ce donc ? Un évêque irlandais (1094-1148), moine bénédictin. Il reçut le titre de légat du Pape par Innocent II. Il passera à la postérité en écrivant une liste de 112 papes, le premier étant Célestin II, successeur d’Innocent II, et chacun se voyant attribuer une devise relative à son pontificat. Elle fut, évidemment, annotée ultérieurement.

La liste des 112 prophéties se trouve ICI. Pour ceux qui ne veulent toutes les lire, je vous en sélectionné quelques unes. Morceaux choisis :

1. D’un château sur le Tibre. (Ex castro Tiberis)
Célestin II (26 septembre 1143-1144). Mort le 8 mars à Rome

Guido di Citta di Castello. Ce pape naquit à Citta di Castello, la cité du Château, petite ville située sur le Tibre, en Toscane.

2. L’ennemi expulsé.(Inimicus expulsus)
Lucius II (10 mars 1144-1145). Mort le 25 février à Rome

Gérard de Ciaccianemici, né à Bologne. Caccianemici vient de cacciare=chasser et nemici=les ennemis.

31. De l’ermitage élevé aux grandeurs.(Ex eremo celsus)
Célestin V (5 juillet 1294-13 décembre 1294). Mort le 19 mai 1296

Petro Angelari du Murrone, ermite octogénaire, il végétait dans sa crasse au fond d’une grotte sur les sommets du Murrone
Nommé Pierre de Mouron, ermite.

36. Le corbeau schismatique.(Corvus Schismaticus)
Nicolas V, antipape (1328-1330).

Pierre Rainalucci, qui fut appelé F. pierre de Corbière, antipape contre Jean XII (donc schismatique).

80. Dans la tribulation de la paix.(In tribulatione pacis)
Grégoire XV (9 février 1621-1623). Mort le 8 juillet

Alessandro Ludovisi avait étudié le droit (Alexandre Ludovisi). Il institua la Propagande, rédigea la Contitution sur la législation des Conclaves et réforma les ordres religieux dans le but de rendre la paix au monde chrétien si troublé par la guerre de Trente ans.

104. La religion dépeuplée.(Religio depopulata)                                 
Benoît XV (3 septembre 1914-1922). Mort le 22 janvier

Giacomo Della Chiesa (Jacques della Chiesa) vécut toute la guerre mondiale 1914-18 et la révolution mondiale consécutive qui dépeupla vraiment les temples de la chrétienté.

109. De la moitié de la lune.(De mediate lunae)                                      
Jean-Paul I (26 août 1978-1978). Mort le 28 septembre à 23 heures

Albino Luciani, né a Canale d’Agordo, non loin de Belluno. Elu lors de la demi-lune, Jean-Paul I mourut 33 jours plus tard.

110. Du labeur du soleil.(De Labore solis)                                               
Jean-Paul II (16 octobre 1978-2 avril 2005).

le cardinal Carol Wojtyla. Il vient de Pologne, à l’Est (comme le soleil levant venant de l’Est). De plus son rôle de voyageur infatigable, tel le soleil apportant partout la bonne parole (lumière), peut en faire un soleil très travailleur. Son pontificat durera 28 ans, la durée d’un cycle solaire calendaire. Né le jour d’une éclipse de soleil, il fut enterré le 8 avril 2005, jour d’éclipse.

111. De la gloire de l’olive. (De gloria olivae)                                               
Benoit XVI (19 avril 2005 – 28 février 2013).

le cardinal Joseph Alois Ratzinger. Il est élu peu après le dimanche des Rameaux. Le 11 mai 2009, lors de son voyage à Jérusalem, Benoît XVI a planté un olivier dans le jardin du chef de l’État à Jérusalem, symbole de paix. Le lendemain,12 mai, il a célébré la messe dans la vallée de Josaphat, aux pieds du Mont des Oliviers et en contrebas de Gethsémani, le jardin des Oliviers, et de l’agonie du Christ. Certains évoquent l’épisode du baiser de Judas, sur le Mont des oliviers… peut-être en référence à sa renonciation ! Renonciation historique, saluant ainsi la sagesse de ce Pape qui ne se sentait plus à la hauteur de sa tâche.

Et, celle qui nous intéresse le plus :

112. « Dans la dernière persécution de la sainte Église romaine siègera Pierre Romain, qui paîtra ses brebis au milieu de nombreuses tribulations. Ces tribulations passées, la ville aux sept collines sera détruite et le juge redoutable jugera son peuple. »

« In pfecutione. extrema S.R.E. fedebit. Petrus Romanus, qui pafcet oues in multis tribulationibus : quibus tranfactis ciuitas fepticollis diruetur, & Iudex tremêdus indicabit populum fuum.Finis. »

Alors, notre prochain Pape osera-t-il se nommer Pierre II ? Sera-t-il italien ? La fin du monde est-elle (encore) proche ?

Amour, Amour, Amour !!!

Posté : 14 février, 2013 @ 10:03 dans Culture | Pas de commentaires »

A 14 ans, j’avais, comme il était de coutume, une correspondante américaine.

J’ai, évidemment, pu pratiquer la langue de Shakespeare, mais également, j’en ai un peu plus appris sur sa culture.

Et vînt la période de la Saint Valentin. Et quelle fût ma surprise de recevoir une jolie carte rouge, avec plein de coeurs et l’inscription « Happy Valentine’s Day » ! Dans ma correspondance suivante, je lui ai demandé pourquoi donc une telle attention. Sa réponse était toute simple : tu sais, ici, la Saint Valentin, ce n’est pas que pour les amoureux. On célèbre aussi l’amitié. Et quand on a des amis qu’on aime beaucoup, on le leur dit.

J’ai trouvé ça vraiment intelligent.

Un an plus tard, j’apprendrai à mes dépends qu’on ne dit jamais assez je t’aime. Et c’est quelque chose qui me tient à coeur chaque année : profiter de cette occasion pour « renouveler mes déclarations d’amour ».

Alors, mes amis, passez une bonne Saint Valentin, avec votre moitié, votre famille, vos amis, peu importe, du moment que vous exprimez vos sentiments !

Amour, Amour, Amour !!! dans Culture be_my_valentine_sketch_dribbb-300x225

 

Que faire de son bouquet de mariée ???

Posté : 9 janvier, 2013 @ 6:43 dans Culture | 1 commentaire »

Allez, je vais encore vous parler de mon mariage et d’une très vieille tradition que j’ai voulu intégrer à ma fête : la ronde de mai.

 

Mon « vrai bouquet » de mariée, je ne voulais le jeter à la foule… J’ai donc décidé qu’il irait fleurir le caveau où reposent mes grands-parents.

Mais, je ne voulais pas non plus déroger à la tradition qui doit désigner qu’elle serait la prochaine à convoler… sans pour autant jeter un bouquet ! (surtout que, de face, j’ai du mal à viser, alors de dos…). Il y a aussi une autre raison qui m’a fait choisir ce jeu : je ne voulais pas prendre le risque que quelqu’un se foule une cheville !!!

 

Alors, la ronde mai, qu’est-ce donc que cette bête étrange ?

 

Il s’agit d’une pratique que l’on retrouve lors des mariages au Moyen-Âge.

Le principe est simple : les femmes célibataires se saisissent d’un des rubans tenus par la mariée (qui a les yeux bandés ou du moins, fermés). On fait démarrer une musique et ces jeunes filles se mettent à tourner.  Et comme pour le jeu de la chaise musicale, dès que l’on coupe la musique, la mariée lâche un ruban… La demoiselle est éliminée. Et ainsi de suite jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’une… Celle qui gagne le bouquet !

Que faire de son bouquet de mariée ??? dans Culture sam_1618-re-1

Me mariant dans la région de Béziers, j’ai naturellement choisi de faire tournoyer les demoiselles au son d’une musique occitane. Et mes invités ont beaucoup apprécié ce jeu !

L’histoire de la jarretière

Posté : 9 décembre, 2012 @ 11:45 dans Culture, Jarretière | Pas de commentaires »

Porter une jarretière est une tradition ancestrale.

Au départ, il s’agit d’une pièce de lingerie destinée à maintenir un bas en place.

Jarretière et magie

On trouve, pour la première fois, la trace de la jarretière à l’époque paléolithique. Des peintures rupestres montrent des femmes arborant une petite pièce de tissu autour de la cuisse. Cette jarretière symbolisait certainement une forme de pouvoir chamanique.

Peinture rupestre

La jarretière se retrouve donc tout naturellement liée au culte des sorcière : elle dénote alors un rang social élevé. Les mythes la transforme petit à petit en amulette magique et apparaît dans les contes de fées.

Jarretière de sorcière en peau de serpent et soie bleue

 

Jarretière et pureté

Bien que pièce intime et convoitée, la jarretière symbolise le mystère, et surtout la virginité. Chez les Hébreux, on disait que le bleu et le blanc sont les couleurs symboles de l’amour, de la pureté, et de la fidélité. Les futures mariées étaient donc encouragées à porter une jarretière à ces couleurs.

Jarretière bleue

Jarretière et pouvoir

God Save The King ! Fondé en 1348 par le Roi Edouard III, the Most Noble Order of the Garter rassemble 24 compagnons autour du souverain (ordre ouvert aux femmes pendant le règne d’Edouard VI, accession au rang de Dame de la jarretière depuis 1987).  Faire partie de cet Ordre est considéré comme la récompense la plus élevée pour la fidélité et le mérite militaire. La légende voudrait que, tandis que le roi d’Angleterre Edward III dansait avec la Comtesse de Salisbury, la jarretière de la Comtesse serait tombée au plancher et après que le roi l’ait ramassée, il l’aurait attachée à sa propre jambe. La jarretière était un ruban de velours bleu foncé, brodé de roses dorées et bordé de chaînes en or. Dans cet Ordre, elle était portée par les dames au bras gauche et par les chevaliers au-dessous du genou gauche.

Honi soit qui mal y pense

Jarretière et mariage

La mise en vente de la jarretière permettait aux invités de la noce de participer financièrement à l’envol du jeune couple, avant que les listes de mariage n’apparaissent. Même si, au fil du temps, l’âge moyen des mariés évolue sensiblement, les nouveaux conjoints ne refusent pas une aide financière. Cependant, la tradition se perd peu à peu…

Le principe du jeu de la jarretière est simple : les hommes donnent de l’argent pour faire monter la robe de la mariée, alors que les femmes en donnent pour la faire baisser.
L’un des invités, souvent le témoin du marié, joue “l’arbitre” : il monte et descend la robe de la mariée.
La plupart du temps, le jeu de la jarretière dure un temps déterminé au préalable.
Si un homme gagne, il repart avec la jarretière et a même l’honneur de la retirer…
Si une femme gagne, la jarretière restera à sa place!

(Une de mes bonnes amies m’a raconté cette anecdote, tirée de son propre mariage : « Tu verras, ta belle-famille est plutôt cool et fait en sorte que ta robe descende, alors que la tienne… S’il avaient pu me mettre à poil, ils l’auraient fait ! » J’ai bien pris note pour mon propre mariage…)

L'histoire de la jarretière dans Culture photographe-6-15-300x200
A savoir qu’il est également possible d’adapter la jarretière: par exemple sous forme de quiz: “l’arbitre” pose des questions auxquelles les convives doivent répondre. Si une femme donne la bonne réponse, on baisse la robe, et vice-versa.

Alors, amulette magique, symbole de virginité, signe de pouvoir… Ou tout simplement pièce de lingerie terriblement sensuelle… A vous de choisir ! Il suffit juste qu’elle soit à votre image.

 

Jessicalee983 |
MARYSE CREATIONS |
Springflower |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une pelote des aiguilles et...
| Lmodetoutpourlamode
| Lapetitemercelote